Comment s’est passée la nuit des écoles

Le 12 décembre, les parents ont occupé quatre écoles de Saint-Denis : Blériot, Vilar, Vallès, Carson-Besson.

NDE Blériot1 21214

Les parents de Blériot affichent leur mécontentement.

Ils débattent de l’école, des moyens et des contenus, dégustent les spécialités culinaires apportées par les mamans, et organisent des activités pour les enfants.

NDE Blériot2 121214

À Blériot, ils sont une quarantaine de parents venus des Cosmonautes, de Vieille-mer, de Marville et Saint-Exupéry. Ils préparent une lettre au Père-Noël dans laquelle ils demandent pour cadeau de Noël : des enseignants (formés), des remplaçants (formés), un Rased adapté à la réalité des élèves en difficulté, que l’accès au club lecture soit élargi, que le nombre d’enfants dans les classes ne dépasse 23. Bref des moyens pour que leurs enfants cessent d’être “défavorisés”. Mais il discutent aussi des contenus des apprentissages, du système de notation, des centres d’intérêts des élèves, de l’utilisation du multimédia dans les classes, du rapport entre la culture à la maison et celle de l’école. Les sujets sont multiples et le débat passionné. Ce qui est certain, c’est qu’il veulent réfléchir par eux-mêmes et n’entendent pas qu’on pense à leur place.

À Vilar, les parents sont plus graves et consternés. Ils viennent d’apprendre que leur école perdait son classement en zone prioritaire et n’obtenait pas le label REP ? Des parents de l’école de la Porte de Paris (Jacqueline de Chambrun et la Roseraie) sont présents, ils sont dans le même cas. Leur école n’est pas classée en zone prioritaire. Ce qui signifie que le nombre d’élèves par classe pourra dépasser le seuil théorique des 23 en élémentaire et de 25 à la maternelle. Aussi, les parents discutent de la forme de leur riposte. Ils décident d’occuper l’école dès mardi 16 et mercredi 17. Ils veulent obtenir un rendez-vous avec l’inspection, car pour eux cette mesure semble incompréhensive. La composition sociologique des familles tant à Vilar qu’à Chambrun ou la Roseraie, n’est pas différente de celle de la plupart des écoles de la ville.

À Vallès, l’ambiance est plus festive. Accordéon et guitare animent la soirée. La détermination des parents n’en est pas moins sérieuse et revendicative que dans les autres écoles. Des parents de Sorano et Guesdes sont venus se joindre à la soirée. Ils veulent poursuivre le mouvement de protestation dès le jeudi suivant le 18 en occupant l’école et le bureau du directeur. Ils veulent des réponses et en ont assez des esquives tant du côté de l’éducation nationale que de la mairie. Notamment, à propos de leur revendication d’un centre de loisir toujours manquant. Alors que l’application de la réforme des rythmes en met en évidence la nécessité urgente.

Enfin, le petit sondage posté sur le site de la Fcpe de Saint-Denis à propos de cette nuit des écoles fait ressortir les chiffres suivants. On répondu au sondage 181 parents. 36 ont coché la case “Mon école participe” et 49 celle de “Je participe” ; 20 ont coché la case “mon école ne participe pas” et 76 celle de “je souhaite participer dans une autre école”.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire