La sécurité en débat à Saint-Denis

A Saint-Denis, le 14/11/2017, la gouvernance locale de la prévention de la délinquance se réunit en mairie.

Au cœur des débats : les violences et les collégiens

À Saint Denis, le dernier CLSPD Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance en  formation en séance plénière s’est tenue le 14 novembre 2017 en mairie,  présidé par le Maire ; il a réuni la sous-préfète, la procureure de la République, le commissaire, le commandant des pompiers et un collège de représentants de l’État et d’organismes œuvrant dans les domaines de Sécurité et de Prévention. Le CLSPD doit permettre le pilotage de l’action politique contre la délinquance grâce à un plan local très opérationnel.

Dans la première partie de la séance l’institution  a réalisé un inventaire à la Prévert des données caractéristiques et d’évolution de la délinquance, sans analyse, ni recul ; puis dans une deuxième partie, le débat a été ouvert aux associations et s’est très vite concentré sur les collégiens et les violences qu’ils subissent.

 

En résumé, tous les indicateurs de la délinquance sont en hausse sur notre territoire et en parallèle les actions de répression aussi (exception : vols à main armée). L’institution nous a décrit le jeu du « gendarme et du voleur » en listant les opérations réalisées (ex : +100% de caddies saisis à la gare ; résultats ?) .

A tous les niveaux, la qualité du service public n’est pas à la hauteur des besoins (on apprend que la maison de la justice n’a plus de greffier depuis 1an) ….. On savait déjà que nos jeunes étaient des mega-formateurs des enseignants venant d’avoir le concours, maintenant des agents de police sans expérience arrivent sur le territoire.

La prévention est relayée en second ordre sous couvert d’autres instances de suivi : les CLSPD restreints (Fabien) et de la vidéosurveillance. Ouf, une mission d’évaluation et de contrôle des missions régaliennes de l’État – police, justice et éducation – en Seine-Saint-Denis a été créée !

Le manque de transparence questionne aussi, avec l’intervention, bien préparée par ailleurs, du commandant des pompiers, qui n’évoque à aucun moment les agressions que les pompiers eux-mêmes subissent !

 

Le débat entre institution et associations s’est concentré sur les jeunes collégiens avec de vifs échanges entre M. Sébille (DAASEN) et M. Mollier Sabet (FCPE).

Les parents du collège Barbusse alertent afin qu’une solution à court terme soit trouvée face à l’absence d’enseignement d’EPS depuis la rentrée scolaire (les enseignants ont engagés leur droit de retrait face aux agressions externes dont sont l’objet leurs élèves à Marville ; les parents ont appelé à une journée de collège désert). Le DAASEN dénonce l’action des parents ! Alors que l’Éducation nationale ne remplit pas ses obligations en termes de d’enseignement obligatoire et de moyens (surveillants, remplacements, formation des enseignants, médecine scolaire, etc…).

  • La création d’un nouveau CLSDP restreint sur Barbusse et Bartholdi a été actée.

La FCPE a aussi porté au débat les nombreuses violences policières dont les élèves de Suger ont été victimes en mars. La procureure de la République a complètement assumé les « arrestations de masse » du lycée Suger et a même ajouté «Il fallait voir les petites louloutes au commissariat, comme elles étaient contentes d’être là »…D’ailleurs les agressions à l’égard des élèves aux abords du lycée ont repris de plus belle après ces événements. L’État est plus dans une logique de maintien de l’ordre que de protection de nos enfants !

 

La prévention est loin d’être au cœur du plan d’action de lutte contre la délinquance.

Le partenariat, 1er levier municipal et préfectoral de sécurité et de prévention, n’est visiblement pas encore opérationnel entre l’institution et les parents. Pourtant, l’institution compte sur l’engagement citoyen, via les CLSPD restreints, les sondages (sondage des utilisateurs parvis de la gare).

Le niveau d’engagement de l’État dans ses missions régaliennes sur la Seine Saint Denis est encore à l’étude. 

La répression et la vidéosurveillance reste les principaux leviers opérationnels, sans grand succès vu l’évolution des indicateurs de la délinquance et le constat des Dionysiens.

Les moyens en amont, dans l’éducation et la prévention, ne sont pas à la hauteur de l’énergie et du  potentiel de nos enfants.

 

Qu’est ce qu’un CLSPD ? infos détaillées : https://www.collectivites-locales.gouv.fr/files/files/gouvernance_locale.pdf

Partager
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Laisser un commentaire