Chamboulement de la carte scolaire

L‘arrivée d’un nouveau collège à Pleyel prévue en septembre 2014 provoque une nouvelle fois la révision de la carte scolaire.

Jeudi dernier (26 septembre), la direction des services de l’éducation nationale (DSDN) et le service de l’enseignement du conseil général ont présenté la nouvelle carte qui deviendra effective à la rentrée 2014, pour les collégiens de Saint-Denis et en partie Saint-Ouen puisque ce nouveau collège construit à Pleyel, et qui n’a pour l’instant pas de nom, a une vocation intercommunale.

Rappelon qu’en 2011, le conseil général et l’éducation nationale avait déjà procédé à une première révision de la carte scolaire. Il s’agissait alors de faire face flux des nouveaux arrivants sur La Plaine. La répartition d’alors provoquant le déplacement des zones d’accueil des collèges vers le nord, impactant en particulier De Geyter, Elsa Triolet et Fabien dont les effectifs se sont sensiblement renforcés. Parallèlement, le collège Iqbal Masih s’était vu doté de préfabriqués installés provisoirement dans la cour, et le collège passait en 2 ans de quelques 500 élèves à plus de 700, alors que sa capacité initiale avait été fixée à 600.

À l’autre bout de la ville, le collège Garcia-Lorca entamait de son coté une longue période de travaux pour une reconstruction qui n’allait s’achever qu’au début de 2013.

C‘est dire si, à Saint-Denis, l’arrivée d’un nouveau collège était attendu.

Seulement voilà l’ampleur de la poussée démographique à Saint-Denis est telle que l’arrivée de ce nouveau collège ne semble à la mesure des besoins. Implanté à la frontière entre Saint-Ouen et Saint-Denis, sa zone d’accueil serait comprise entre le quartier Pleyel et une partie de La plaine comprise entre l’axe du A 86 et la ligne du RER D (le pont de Soisson). Ce découpage (il en faut bien un) va-t-il répondre à l’attente des enfants (et de leurs parents), notamment en terme de facilité de trajet et de transport ? Cela semble douteux, d’autant que les chantiers importants qui sont autour de Pleyel ne faciliteront pas les choses.

Par ailleurs, pour les autres collèges mis à part le petit quartier derrrière la faculté Paris 8, qui passerait de la zone de Fabien à celle de Barbusse, peu de changement. Le provisoire de 2011 paraît devoir durer.

Une nouvelle fois les parents constateront que la gestion sur plan du conseil général ne parvient pas à prendre en considération les questions qui entourent la scolarité de enfants.

Lors de la réunion du 26 septembre, les parents présents ont posé de nombreuses questions. Leur préoccupation principale étant que leurs enfants soient accueillis dans de bonnes conditions. C’est-à-dire que leur vie scolaire ne soit pas parsemées d’embûches qui leur font perdre le goût d’apprendre. Ils ont fait observer que la carte scolaire ne se réumait pas à une simple répartition des zones d’habitat pour l’affectation des élèves dans un établissement donné.

Mais que conjugés aux problèmes multiples auxquels l’éducation nationale à faire face : avec son manque de moyens avérés (restrictions budgétaires, difficultés de recrutement des enseignants, inadaptation des programmes aux centres d’intérêts des élèves, déstabilisation des méthodes pédagogiques, etc), la carte scolaire peut constituer un repoussoir pour nombre de familles et les conforter dans l’idée d’aller chercher leur bonheur du côté du privé ?

 Voir la carte scolaire

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire