Rentrée 2017

Il est trop tôt pour tirer un bilan global de la rentrée qui est train de se faire. Elle est marquée par des contradictions fortes : la mise en place, plutôt positive en soi, de classes à 12 élèves en CP s’accompagne de la disparition de maîtres supplémentaires et de la réduction du volume ‑ déjà faible au regard des besoins ‑ des remplaçants. Comme les années précédentes, la vigilance des acteurs locaux (élus, collectifs de parents, fcpe, enseignants) pour réagir aux absences d’enseignants limite les dégâts, mais il y a encore des classes qui n’ont pas ouvert normalement ce lundi sur la ville.

N’oublions pas les effets de la suppression des contrats aidés,

N’oublions pas non plus la persistance de la situation discriminatoire que subit notre territoire depuis des années, la médecine scolaire quasi absente, les Rased presqu’effacés, le non-respect des seuils, et la situation particulière de certains établissements comme le lycée Suger où les filières audio-visuelles sont menacées. 

N’oublions pas aussi les problèmes de personnel (ATSEM, animateurs…) et de logistique (salles…) qui se posent localement.

N’oublions pas enfin la reconnaissance, trop limitée dans la pratique, du rôle des parents dans la communauté éducative qui reste à reconquérir constamment.

D’où l’importance de l’organisation des parents pour faire prévaloir leurs droits et défendre l’école de la réussite pour tous.

Share this...
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *