La FCPE interpelle le Maire de Saint Denis sur la compensation des cantines

Lettre envoyée à M. le Maire de Saint Denis, Mathieu HANOTIN

Monsieur le Maire,

Lors du conseil municipal du jeudi 19 novembre 2020 la municipalité a annoncé la mise en place de mesures de compensation pour les  familles dionysiennes à la suite du conflit social qui dure depuis le 2  octobre. Cette décision va dans le sens d’une demande que nous avons exprimée lors d’échanges avec Madame la Maire adjointe à l’éducation, Leyla Temel.

Nous regrettons toutefois que le mécanisme de gratuité partielle mis en place par la municipalité profite en priorité aux parents qui ont le moins souffert de l’absence de restauration scolaire.

Le mouvement social a touché différemment le service de restauration scolaire :  complètement inexistant sur certains groupes scolaires comme Pleyel-Anatole ou Hugo-Balzac-L’Hermitage pendant plus de 6 semaines alors qu’il a été assuré presque sans interruption à La Saussaie-Vieille Mer. En décidant de la gratuité sur Octobre et Novembre la municipalité indemnise d’abord les familles qui n’ont pas été impactées par le mouvement.

Les familles dont le quotient familial est le plus bas et celles qui n’ont pas ou peu eu accès à la cantine pendant toute la période ne sont pas soutenues par ce premier volet de compensation.

La demi gratuité sur le mois de décembre représente en outre un deuxième volet de  compensation très faible (voir ridicule) pour les familles qui ont un quotient familial bas alors qu’elles ont le plus souffert de la situation.

Le mouvement social qui a perduré sur certains groupes scolaires tout au long du mois de décembre accentue encore ce sentiment d’injustice pour les familles concernées.

Rappelons que les familles ont engagé des frais parfois importants (coût des repas pris à la maison, mode de garde alternatif, etc) et que, dans les situations les plus compliquées, des enfants ont été déscolarisés ou n’ont pas mangé à leur faim.

Le mois se termine sur un nouveau conflit social qui touche toutes les écoles en cette fin de semaine et les familles les plus touchées sont exténuées par l’absence de ce service public.

La FCPE demande donc à nouveau des mesures de compensation équilibrées, c’est-à-dire qui soutiennent en priorité les familles les plus touchées par le nombre de jours où  le service de restauration scolaire n’a pas été assuré.

Dans l’attente d’une réponse de votre part nous vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de notre considération distinguée.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire